La facture électronique

Vers la digitalisation : la facture électronique
séparateur zigzag

L’ordonnance du 15 septembre 2021 fixe les principes régissant les nouvelles obligations de recours à la facture électronique (« e-invoicing ») et de transmission des données (« e-reporting »).

Pour s’acquitter de ces obligations, les entreprises devront recourir soit au portail public de facturation soit à une autre plateforme de dématérialisation.

Il est cependant précisé que le portail public concentrera toutes les données de facturation, de transactions et de paiement qui devront obligatoirement être transmises à l’administration fiscale.

Obligation de recours à la facturation électronique

Cette obligation s’applique lorsque les conditions suivantes sont remplies

  1. L’émetteur et le destinataire de la facture sont obligatoirement
    • des assujettis à la tva (B to B)
    • domiciliés fiscalement en France ou ont leur résidence habituelle en France
  2. l’opération facturée constitue
    • une livraison ou une prestation de service non exonérée (art 261 à 261E du CGI)

Il est précisé que les opérations exonérées concernent les prestations effectuées dans le domaine de la santé, les prestations d’enseignement et de formation, certaines opérations bancaires et financières, opérations d’assurance et de réassurance, certaines opérations immobilières, opérations des organismes sans but lucratifs.

Ces opérations ne rentrent donc pas dans le dispositif d’obligation de la facture électronique

  • une livraison aux enchères publiques de biens d’occasion, d’œuvres d’art, d’objets de collection ou d’antiquités

Les opérations classées « secret défense » sont exclues de cette obligation

Lorsque toutes les conditions sont remplies, l’émission, la transmission et la réception des factures doivent être réalisés en ayant recours soit au portail public soit à une plateforme de dématérialisation.

Le non respect d’émission d’une facture électronique sera sanctionnée d’une amende de 15€ par facture avec maximum par assujetti de 15000€ sur une année civile

Obligation de transmission des données

L’obligation de transmission des données « e-reporting » concerne

  • toutes les entreprises assujetties à la tva qui sont établies en France qui effectuent des opérations avec des clients particuliers (B to C) ou des entreprises ou particuliers étrangers
  • les entreprises étrangères non établies en France qui réalisent des opérations taxables en France avec une personne non assujettie à la tva (particulier, association, personne publique)

L’obligation de transmission des données concerne les informations relatives aux opérations suivantes :

  • les opérations de vente et de prestations de service
  • les opérations d’achat

L’article 290 du CGI prévoit que les données relatives au paiement des prestations de service seront communiquées sous forme électronique à l’administration fiscale.

Le non respect par un assujetti concernant la transmission des information sera sanctionnée d’une amende de 250€ par transmission avec un maximum annuel de 15 000€

Le non respect par un opérateur de plateforme de dématérialisation sera sanctionné d’une amende 750€ par transmission avec un maximum annuel de 45 000€

Entrée en vigueur de cette obligation

Réception de factures électronique

Cela concerne toutes les entreprises à compter du 1er juillet 2024

Emission et transmission de factures électronique

Les grandes entreprises et groupes TVA : 1er juillet 2024

Les entreprises de taille intermédiaire : 1er janvier 2025

Les PME et microentreprises : 1er janvier 2026

Transmission d’informations et de données de paiement

Les grandes entreprises et groupe TVA : 1er juillet 2024

Les entreprises de taille intermédiaire : 1er janvier 2025

Les PME et microentreprise : 1er janvier 2026

Explication des seuils

Les microentreprises : entreprises qui occupent moins de 10 personnes et ont un chiffre d’affaires ou un total bilan n’excédant pas 2 millions d’euros

Les PME : entreprises qui occupent moins de 250 personnes et ont un chiffre d’affaires n’excédant pas 50 millions ou un total bilan n’excédant pas 43 millions d’euros

Les ETI : : entreprises qui occupent moins de 5000 personnes et ont un chiffre d’affaires n’excédant pas 1500 millions ou un total bilan n’excédant pas 2000 millions d’euros

Cet article vous a intéressé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Sommaire

Articles récents

Abonnez-vous maintenant

Catégories